Menton vu du ciel par Patrick Varotto

Menton que notre ville est belle.

les images parlent d'elles-mêmes avec cette manifique vidéo réalisée par Patrick Varotto

Un peu d'histoire:

La cité de Podium Pini ou Puypin, dont le nom apparaît pour la première fois en 1146, pourrait être à l’origine de Menton, identifiée un siècle plus tard.

Seigneurie domaniale de la famille gênoise des Vento, Menton devient propriété de Charles Grimaldi, seigneur de Monaco, en avril 1346.

L’histoire de la ville se confond dès lors avec celle de la Principauté. Menton est inscrite dans le traité fondant le protectorat espagnol en 1524, et en 1641 dans le traité de Péronne établissant le protectorat français sur la Principauté de Monaco.

Le 19 janvier 1793, la Principauté est annexée à la France et Menton compte parmi les villes qui composent le département des Alpes-Maritimes. A la chute de l’Empire, les Grimaldi sont restaurés. En mars 1848, Menton et Roquebrune font sécession et se proclament « villes libres sous la protection de la Sardaigne ».

Menton est rattachée à la France par le traité de Paris du 2 février 1861 et retrouve sa place dans le nouveau département des Alpes-Maritimes né du rattachement, un an plus tôt, du Comté de Nice à la France.

Le Second Empire réalise les voies de communication qui désenclavent les Alpes-Maritimes et Menton en particulier.

La Grande Corniche est réaménagée.

Commencés en mai 1867, les travaux de construction du port sont terminés en 1878.

La construction de la Corniche du bord de mer est initiée en 1867 et achevée en 1881.

Mais c’est le chemin de fer qui bouleverse la Riviera. En décembre 1869, on assiste à la mise en activité du tronçon du chemin de fer (P.L.M) de Monaco à Menton, qui n’est plus qu’à vingt-quatre heures de Paris.

Les grands établissements hôteliers sont construits en 1914.

Les années 50 voient le La cité de Podium Pini ou Puypin, dont le nom apparaît pour la première fois en 1146, pourrait être à l’origine de Menton, identifiée un siècle plus tard. Seigneurie domaniale de la famille gênoise des Vento, Menton devient propriété de Charles Grimaldi, seigneur de Monaco, en avril 1346.

L’histoire de la ville se confond dès lors avec celle de la Principauté. Menton est inscrite dans le traité fondant le protectorat espagnol en 1524, et en 1641 dans le traité de Péronne établissant le protectorat français sur la Principauté de Monaco. Le 19 janvier 1793, la Principauté est annexée à la France et Menton compte parmi les villes qui composent le département des Alpes-Maritimes.

A la chute de l’Empire, les Grimaldi sont restaurés. En mars 1848, Menton et Roquebrune font sécession et se proclament « villes libres sous la protection de la Sardaigne ».

Menton est rattachée à la France par le traité de Paris du 2 février 1861 et retrouve sa place dans le nouveau département des Alpes-Maritimes né du rattachement, un an plus tôt, du Comté de Nice à la France.

Le Second Empire réalise les voies de communication qui désenclavent les Alpes-Maritimes et Menton en particulier. La Grande Corniche est réaménagée. Commencés en mai 1867, les travaux de construction du port sont terminés en 1878.

La construction de la Corniche du bord de mer est initiée en 1867 et achevée en 1881.

Mais c’est le chemin de fer qui bouleverse la Riviera.

En décembre 1869, on assiste à la mise en activité du tronçon du chemin de fer (P.L.M) de Monaco à Menton, qui n’est plus qu’à vingt-quatre heures de Paris. Les grands établissements hôteliers sont construits en 1914.

Les années 50 voient le tourisme estival de masse s’intensifier.

Le front de mer se transforme alors que les villas et les résidences secondaires s’étendent sur les collines. estival de masse s’intensifier. Le front de mer se transforme alors que les villas et les résidences secondaires s’étendent sur les collines.

Réalisation : Photo Varotto.com

 

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article