Salle des mariages inauguration de salle restaurée le 22 mars 2018

60 ANS DE LA SALLE DES MARIAGES

inauguration de salle restaurée et programme des animations

 

Le lien entre Menton et Jean Cocteau est très fort et toujours vivant. Les traces du poète y sont nombreuses  et font partie intégrante du paysage et de l’inconscient mentonnais : la Salle des Mariages et son mobilier, le Bastion et ses calades (mosaïques de galets), la peinture murale du bureau du maire. Ces créations majeures de sa période méditerranéenne, les années 1950, se sont enrichies en 2011 avec la construction d’un musée monographique dédié à sa vie et à son œuvre, offrant à voir, dès son parvis, une nouvelle calade représentant un lézard.

Depuis 1958, plus de 8 000 unions ont été célébrées dans la Salle des Mariages, œuvre d’art et lieu de vie, symbole de la République et de la Laïcité.

Le génie du lieu est de faire partie, sans qu’ils en aient toujours conscience, de l’intimité des Mentonnais qui retrouvent sur leurs photos de mariage les  arabesques des fresques de Cocteau, intimement liées à leurs unions.

Aujourd’hui, les 60 ans de la salle des Mariages sont l’occasion de lui rendre sa fraîcheur après plusieurs semaines de nettoyage et de restaurations minutieux et de célébrer l’amour du poète pour notre ville.

 

Jean Cocteau et Menton

 

Jean Cocteau découvre Menton par son Festival de Musique. Habitué de la Côte d’Azur depuis les années 1910, il multiplie ses séjours après la rencontre de Francine Weisweiller sur le tournage des Enfants terribles en 1949. Son amie l’invite dès le printemps 1950 à séjourner dans sa maison de vacances de Villefranche-sur-Mer, la villa Santo Sospir, qu’il tatoue pour échapper à l’oisiveté. Il fait ici ses premières armes dans le travail sur les grandes surfaces.

 

Le 4 août 1955, Jean Cocteau  assiste à un concert sur le Parvis Saint-Michel. Le lieu se révèle à lui avec étrangeté et théâtralité. Le public s’illustre par son respect et son silence, le député-maire Francis Palmero, par un accueil luxueux et simple à la fois.

Le mois suivant, Cocteau, toujours sous le charme, accepte la proposition du maire de décorer la salle des mariages dans le cadre du réaménagement de l’hôtel de ville.

Dès le début de l’année 1956, Il conçoit son œuvre, esquisse ses personnages : les amoureux, Orphée et Eurydice, l’ange Heurtebise… Les travaux commencent au début de l’année 1957. Il est aidé par une équipe d’artisans et de peintres dont l’artiste mentonnais Charles Beglia.

 

 

  

Après un peu plus de deux années de travail, la Salle des Mariages est inaugurée le 22 mars 1958.

 

Le public découvre alors un chef d’œuvre où les grands thèmes de l’univers du poète, nourris des photographies de Lucien Clergue, sont mis en forme dans un style inédit qualifié plus tard de « style de Menton ». Des « lignes de vie » se contorsionnent en arabesques et forment des labyrinthes entre les figures, une  poésie graphique qui fait dire à Cocteau : « Je n’ai pas voulu empiéter sur le travail des peintres. J’ai fait un travail d’écrivain et c’est pourquoi toutes ces lignes, c’est de l’écriture dénouée…Ce qui m’importe c’est la vie de la ligne. Quand je dessine, moi, c’est de l’écriture dénouée et renouée lentement… Une ligne est en danger de mort tout au long de son parcours. »

 

 

PROGRAMME

 

Jeudi 22 mars

15 h

Diffusion du documentaire Les Mariés de la Tour Eiffel (1973) de l’Office national de radiodiffusion télévision française

Ce documentaire aborde le ballet collectif de Georges Auric, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre sur un livret de Jean Cocteau, représenté pour la première fois en 1921 au théâtre des Champs-Élysées à Paris, et mis en scène pour la télévision par Jean Christophe Averty.

Le sujet : Une noce bourgeoise s'est déplacée sur la plateforme du premier étage de la Tour Eiffel. Deux phonographes géants commentent, comme le ferait un chœur antique ou deux compères, l'action qui se déroule devant eux. Ils récitent également. Le fantastique et la poésie se mélangent. Les personnages évoluent dans des décors naïfs et leurs conversations sont faites de phrases prises au pied de la lettre.

L’Odyssée-Bibliothèque municipale

8 avenue Boyer

 

18h

Inauguration de la Salle des Mariages restaurée avec une allocution de la restauratrice Sophie Ghersi et d’une proche de Cocteau et Présidente des Amis de Jean Cocteau, Carole Weisweiller,  avec un accompagnement musical par des professeurs du conservatoire, clin d’œil au Groupe des Six, compositeurs français influencés par les idées d’Erik Satie et de Jean Cocteau, qui écrivirent ensemble entre 1916 et 1923, et plus particulièrement à Francis Poulenc.

Hôtel de Ville

17 rue de la République

 

Samedi 24 et dimanche 25 mars

10h-12h et 14h30-16h30

Visite guidée exceptionnelle suivie d’une lecture déambulatoire autour de Jean Cocteau et de son théâtre

Découverte ou redécouverte de la Salle des Mariages décorée par Jean Cocteau. Les guides-conférenciers du  Service du Patrimoine feront découvrir le langage de Jean Cocteau. Ils dévoileront les mythes et les symboles qui animent ce lieu.

La lecture sera interprétée par la compagnie B.A.L. (Elodie Tampon-Lajarriette, Elise Clary, Thierry Vincent) et une accordéoniste, Johanna Piraino. Elle se jouera en acoustique dans un rapport de proximité avec le public et sur un mode déambulatoire entre la Salle des Mariages et le musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman.

 

Sur réservation au 04 92 10 97 10 (places limitées) – Gratuit

Rendez-vous devant l’Hôtel de Ville

17 rue de la République

 

Jusqu’ au 22 mai

Le musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman expose le grand panneau peint par Jean Cocteau pour la mairie de Saint-Jean-Cap-Ferrat, représentant une Marianne en écho aux miroirs de la Salle des Mariages.

Musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman,

2 quai de Monléon

Du mercredi au lundi de 10h à 18h

 

Du 22 mars au 13 avril

 Exposition des élèves de l’EMAP dans le couloir d’accès à la Salle des Mariages leurs travaux sur le thème des mariés. Sculptures, céramiques, mosaïques et peintures sont à l’honneur.

Hôtel de Ville

17 rue de la République

Du lundi au vendredi

de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Du 20 avril au 28 septembre 

Exposition de photographies dans le cadre du Concours photo organisé par l’EMAP. Pour cette 12e édition, les clichés sélectionnés sont présentés, à l’Hôtel de Ville. Les lauréats, amateurs et passionnés, ont travaillé sur le thème Les Amoureux.

Hôtel de Ville

17 rue de la République

Du lundi au vendredi

de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Renseignements

Service culturel / 04 92 10 50 51

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article