Conduire la nuit se que vous devez savoir

10 conseils avant de prendre la route de nuit

La conduite de nuit demande une attention supplémentaire : l’absence de lumière rend la chaussée plus difficile à distinguer et augmente le risque de somnolence. Quelques précautions sont donc à prendre pour conduire en toute sécurité et même apprécier les conditions de route plus calmes de la conduite de nuit !  Voici nos 10 conseils pour l’appréhender au mieux.

 

Contrôlez le fonctionnement des feux

Vérifiez que tout s’allume, notamment à l’arrière. Allumez veilleuses et feux de détresse en même temps pour vous assurer que rien ne cloche. Faites-vous aider pour contrôler les stops.

Nettoyez phares et vitres

Les vitres doivent être parfaitement propres, à l’intérieur comme à l’extérieur, pour diminuer les effets de halo et l’apparition de buée. Si la glace des phares est devenue opaque, faites-les rénover ou remplacer. C’est un motif de refus au contrôle technique.

Mettez les pleins phares si besoin

Les feux de route, plus puissants, sont un véritable élément de sécurité à condition de bien les utiliser : ils permettent de voir plus loin et davantage sur les côtés. Allumez-les si la visibilité est très réduite et s’il n’y a personne en face : en cas de croisement, repassez en feux de croisement pour ne pas aveugler les autres automobilistes.

Gardez les yeux mobiles

Plus le temps de trajet est long, plus la vigilance baisse. Le champ de vision réduit ne doit pas limiter votre regard à la portion éclairée par vos phares : pour conduire en sécurité, il faut sans cesse garder les yeux en activité pour balayer du regard la chaussée devant vous et sur les côtés. Vous risquerez moins de vous faire surprendre par des obstacles (objets, animaux…).

Portez le regard

Regardez là où vos phares éclairent le plus loin. En cas d’éblouissement d’un véhicule venant en face, focalisez-vous sur le bas-côté ou sur une ligne continue, le temps de le croiser.

Baissez l’intensité lumineuse dans l’habitacle

Qu’il s’agisse du combiné d’instruments ou de l’écran central multifonction, une intensité lumineuse trop importante gêne et limite le champ de vision. Baissez-la et supprimez toute source de lumière polluante à l’intérieur, comme le plafonnier.

Adaptez vos lunettes de vue

Dans le cas où vous devez porter des lunettes pour conduire, demandez à votre opticien au minimum un traitement antireflet, ou mieux, un verre filtrant les ondes bleu-violet, pour limiter l’éblouissement.

Adaptez votre vitesse

La visibilité étant limitée, la vitesse, notamment sur les routes sans séparateur de voie, doit être réduite. Les distances entre les véhicules doivent à l’inverse être augmentées.

Anticipez la fatigue

Pour limiter le risque de somnolence, faites une courte sieste de 20 mn avant un grand départ. Hydratez-vous au maximum pendant le trajet et faites des pauses toutes les deux heures, en marchant un peu. Un soupçon de sport donne un coup de fouet.

Animez vos trajets !

Un ou des passagers dans la voiture vous permettent de discuter : outre le plaisir de partager votre trajet, la discussion vous maintient éveillé et brise la monotonie de la conduite de nuit. Et si vous conduisez seul, la musique sera votre meilleure alliée : le calme de la nuit donne une autre dimension à vos musiques préférées !

N'oubliez pas votre ceinture Bonne route les noctambules

 

Djé Top Side.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article